NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -

Le PIB français va chuter de 8% en 2020… au minimum




15 Avril 2020

A mesure que la pandémie se propage en France et dans le monde et que le gouvernement français prend des décisions pour essayer de limiter les dégâts liés à la crise sanitaire et économique, Bercy dévoile des estimations de l’impact du coronavirus Covid-19 sur l’économie française. Et à chaque fois, la nouvelle estimation est pire que la précédente.


La croissance fixée à -8%

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, était l’invité de BFMTV le 14 avril 2020. Interrogé sur la croissance en France pour 2020 et les prévisions du gouvernement, il ne laisse pas place au doute : le Covid-19 va faire fortement chuter le PIB de l’Hexagone. « Nous aurons une prévision de croissance qui sera fixée à -8% pour le projet de loi finance rectificative », a-t-il déclaré. Ce sera par ailleurs la deuxième version de la loi de finance rectificative depuis le début de la crise sanitaire.

Bercy a dû refaire ses calculs à la suite de l’annonce de la prolongation de la période de confinement par le président de la République le 13 avril 2020. Emmanuel Macron a fixé la nouvelle date de déconfinement théorique au 11 mai 2020, soit quatre semaines d’économie à l’arrêt de plus.
 

Le déficit public va exploser

Le gouvernement a également revu à la hausse le coût des mesures annoncées pour tenter de répondre à la crise sanitaire, notamment celles en faveur des entreprises : 110 milliards d’euros, contre 45 milliards initialement dévoilés. C’est donc plus du double, et le coût pourrait encore augmenter du fait du déconfinement progressif qui est envisagé par le gouvernement et qui pourrait contraindre certains pans de l’économie à rester à l’arrêt, notamment les secteurs des loisirs et de l’hôtellerie-restauration.

Ainsi, il y a de fortes chances que les chiffres du déficit public prévisionnel pour 2020, dévoilés le 14 avril 2020 par Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, augmenteront encore avant la fin de l’année 2020. Au 14 avril, le ministre s’attend à 9% du PIB de déficit et 115% du PIB de dette publique fin 2020.