NLTO
/ Magazine d'actualité politique, économique et internationale /



Le plan d’aides européen va-t-il conduire à un veto sur le budget de l’UE ?




24 Juillet 2020

Mardi 21 juillet 2020, après de longues discussions, les 27 pays de l’Union européenne ont trouvé un accord sur le plan d’aides à 750 milliards d’euros pour lutter contre la crise de la Covid-19. Un accord « historique », selon Emmanuel Macron, qui pose les bases d’un nouveau désaccord : celui sur le budget de l’Union européenne.


Le Parlement européen rejette le budget

Pixabay/Capri23Auto
Pixabay/Capri23Auto
Jeudi 23 juillet 2020, deux jours seulement après l’accord historique sur le plan d’aides, le Parlement européen a voté une résolution dans laquelle il déclare ne pas « accepter en l’état » le budget de l’Union européenne qu’il est appelé à voter. Le conflit porte sur un point de l’accord adopté le 21 juillet 2020 : les réductions de participation au budget de l'UE accordées à certains pays.

Afin de faire accepter aux pays les plus réticents le principe des « corona bonds », soit la dette partagée par tous les pays membres de l’Union européenne pour un montant de 390 milliards d’euros, l’accord prévoit des réductions dans leurs contributions au budget de l’UE. Plusieurs milliards d’euros par an sont ainsi retirés du budget, au profit des pays dits « frugaux », Pays-Bas en tête.

La pression du Parlement pour revenir sur l’accord du 21 juillet 2020 ?

Les députés européens, à une très large majorité (465 votes pour, 150 contre et 67 abstentions), ont donc fait savoir qu’ils n’acceptent pas la proposition de budget actuelle. Elle porte le budget pour la période 2021-2027 à 1.074 milliards d’euros, contre 1.300 milliards réclamés.

La situation n’est pas inédite : en 2013, le Parlement avait déjà menacé de ne pas adopter le budget européen proposé, ce qui aura finalement fait céder les pays-membres qui ont accordé des efforts supplémentaires. Une situation similaire pourrait se jouer avec le futur budget 2021-2027… ce qui aurait pour effet d’annuler en partie les réductions accordées dans le cadre de l’accord européen sur le plan de relance.