NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Les résistances aux antibiotiques, toujours plus fortes ?





Les premières données de surveillance de l'antibiorésistance publiées par l'Organisation mondiale de la Santé mettent en évidence des niveaux élevés de résistance à plusieurs infections bactériennes graves, tant dans les pays à revenu élevé que dans les pays à revenu faible.


Source : Pixabay, image libre de droits
Source : Pixabay, image libre de droits
Le nouveau Système mondial OMS de surveillance de la résistance aux antimicrobiens (connu sous le sigle GLASS) révèle que la résistance aux antibiotiques est un problème très répandu qui touche 500 000 personnes présentant des infections bactériennes présumées dans 22 pays.

Dans un communiqué, l'OMS explique que les bactéries résistantes les plus souvent signalées sont Escherichia coli, Klebsiella pneumoniae, Staphylococcus aureus et Streptococcus pneumoniae, suivies de Salmonella spp. Le Système ne contient pas de données sur la résistance de Mycobacterium tuberculosis (qui cause la tuberculose), car l'OMS en assure le suivi depuis 1994 et fait chaque année le point de la question dans son Rapport sur la lutte contre la tuberculose dans le monde.

Parmi les sujets présentant une infection du sang présumée, la part de ceux ayant des bactéries résistantes à au moins un des antibiotiques les plus courants varie fortement d'un pays à l'autre, allant de 0% à 82%. Les taux de résistance à la pénicilline, médicament utilisé depuis des décennies pour traiter la pneumonie partout dans le monde, vont de 0% à 51% dans les pays ayant notifié des données. De plus, entre 8% et 65% des E. coli associés aux infections urinaires présentent une résistance à la ciprofloxacine, un antibiotique couramment utilisé contre ces infections.

«Ce rapport confirme que l'antibiorésistance est un grave problème partout dans le monde» explique le Dr Marc Sprenger, Directeur du secrétariat chargé du problème de la résistance aux antimicrobiens à l'OMS. Et d'ajouter: «certaines des infections les plus courantes, et potentiellement les plus dangereuses, s'avèrent résistantes aux médicaments. De plus, et c'est bien ce qui est le plus inquiétant, les agents pathogènes franchissent les frontières. C'est pourquoi l'OMS encourage tous les pays à instaurer de bons systèmes de surveillance pour détecter la pharmacorésistance et alimenter en données ce système mondial.»

À ce jour, 52 pays (25 pays à revenu élevé, 20 pays à revenu intermédiaire et 7 pays à revenu faible) participent au Système mondial OMS de surveillance de la résistance aux antimicrobiens. Pour ce premier rapport, 40 pays ont communiqué des informations sur leurs systèmes de surveillance nationaux et 22 pays ont également fourni des données sur les niveaux d'antibiorésistance.