NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -

Les sextos expliqués par des psychologues




6 Décembre 2019

Très populaires chez les jeunes, mais pas seulement, les sextos, les messages téléphoniques à caractère sexuel, sont une nouvelle forme de sexualité née il y a moins de deux décennies, en particulier depuis que les téléphones portables disposent d’appareils photo capables de prendre de belles photos et que l’envoi de sms et mms ne coûte plus très cher. Toutefois, selon une récente étude de l’université Texas Tech, les sextos sont en majorité envoyés… pour des raisons non-sexuelles.


Trois raisons principales pour envoyer un sexto

Le département de psychologie de l’université Texas Tech, et plus particulièrement le laboratoire de Sexualité, santé sexuelle et comportement sexuel, a dévoilé fin novembre 2019 les résultats de sa dernière recherche sur les textos. Joseph M. Currin, professeur assistant, et Kassidy Cox, doctorande, ont avant tout confirmé les trois principales raisons qui poussent à envoyer un sexto.

Il y a les personnes qui utilisent cette technique en tant que préliminaires à un acte sexuel, bien évidemment. Mais il y a également celles qui envoient un sexto pour se rassurer et recevoir de l’assurance du partenaire (comme un compliment, par exemple) et celles qui envoient un message à caractère sexuel en attendant, en retour, une faveur non sexuelle (comme une sortie au restaurant).

Les chercheurs ont alors voulu savoir laquelle de ces pratiques et la plus courante.

La majorité des personnes n’ont aucune motivation sexuelle

Lors de leur recherche, menée sur 160 participants âgés entre 18 et 69 ans, les deux co-auteurs de l’étude ont découvert que les trois raisons décrites ci-dessus sont réparties de manière assez similaire. De fait, deux tiers des interrogés envoient des sextos non pas pour des raisons sexuelles, donc en tant que préliminaires, mais pour les deux autres raisons. Ces dernières ne sont pas de nature sexuelle, ce qui peut paraître étrange au premier abord.

Une conclusion qui va à l’encontre de ce que l’on suppose sur les sextos… et qui se confirme d’ailleurs dans le fait qu’il n’y a pas de corrélation entre le genre, l’âge ou encore l’orientation sexuelle et l’une de ces trois raisons. Au final, donc, le sexto est bien moins sexuel qu’on ne le pense.