NLTO
Not Like The Others
- Magazine d'actualité politique, économique et géopolitique -

N’en déplaise aux profiteurs, la vie confinée c’est pas le porno et les séries

Journaliste pour VA Press. En savoir plus sur cet auteur



19 Mars 2020

Alors que l’on se demande parfois l’intérêt de visiter virtuellement des endroits que l’on peut aller voir en chair et en os, le confinement change la donne. Les visites virtuels, documentaires et autres outils culturels prennent une toute autre signification.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Le confinement ne doit pas rimer avec laisser aller. Alors que les plateformes de contenus pornographiques ont lamentablement surfé sur la vague de la crise sanitaire, d’autres alternatives qui élèvent un peu plus, méritent d’être soulignées. Et notamment le service de visite virtuelle que proposent plusieurs acteurs, dont Google.

« Depuis plus de neuf ans, Google permet aux internautes de visiter de chez eux les plus beaux musées et monuments du monde. En cette période de confinement pour freiner l’épidémie du Covid-19, quoi de plus divertissant que de traverser la planète afin de visualiser en haute définition les trésors d’une cinquantaine de pays ? Pour cela, il suffit de faire un tour sur la plateforme «Art & Culture» de Google .Grimper au sommet de la Tour Eiffel à Paris, visiter le MoMa de New York, admirer le Taj Mahal, explorer la cathédrale de Milan… Tous ces lieux, actuellement fermés au public, sont disponibles sur la plateforme » nous rappelle Paris Match. « Pour vivre l'expérience pleinement, une petite leçon d’histoire accompagne chaque œuvre. Saviez-vous par exemple, que Claude Monet n’avait pas seulement peint les nymphéas mais qu’il les avait aussi plantées ? Ou que les peintures d'Élisabeth Vigée Le Brun, dont le portrait de Marie-Antoinette, étaient scandaleuses pour l'époque ? »

La culture et le savoir n’ont jamais été aussi accessible qu’en cette époque virtuelle. Avec une connexion internet on peut lire de grands classiques de la littérature ou regarder de grands films. Mais on peut aussi apprendre des langues étrangères ou se former dans des domaines que l’on a souvent négligé faute de temps. Quel que soit le temps que durera cette époque particulière, il n’appartient qu’à nous de s’enrichir et de se focaliser sur ce qui est réellement important. Et d’en profiter pour faire mentir les publicitaires et commerçants qui pensent que sans consommer du porno et des séries, l’homme et le femme moderne perdent leurs repères.