NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -





Ne pas céder le passage à un piéton, c’est 6 points en moins sur le permis





Dans le cadre du plan gouvernemental sur la sécurité routière de nouvelles mesures de répression vont entrer en vigueur. Désormais ne pas laisser passer un piéton fait perdre six points sur son permis au lieu de quatre et les éthylotest anti démarrage seront généralisés.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Pour défendre ces mesures très impopulaires, le gouvernement rappelle que 519 piétons sont morts (11 070 blessés la même année) dans des accidents avec des voiture en 2017. Pour éviter ces drames des mesures plus sévères ont été décidées. « Un décret instaurant un renforcement des sanctions pour les « refus de priorité » aux piétons et élargissant le recours aux éthylotests antidémarrage (EAD) a été publié au Journal Officiel, a annoncé mardi la Sécurité routière. Ces mesures font partie d’un plan annoncé par le Premier ministre lors d’un Conseil interministériel de sécurité routière (CISR) en janvier, comportant également le très controversé abaissement de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires à double sens sans séparateur central, effectif depuis le 1er juillet » raconte 20 Minutes.
 
Dorénavant, ne pas respecter la priorité des piétons, c’est risquer de perdre six points sur son permis contre quatre jusqu’ici. Pour être passible de cette punition il suffit de ne pas laisser passer un piéton qui est engagé ou qui manifeste l’envie de s’engager sur la chaussée. Que le piéton soit en tort ou non peu importe. Et pour ceux qui pensent qu’en l’absence de policiers dans les environs ils ne risquent rien, le gouvernement rappelle que la vidéo-verbalisation va s’assurer de faire respecter cette obligation.
 
L’autre mesure phare concerne les automobilistes contrôlés avec un taux d’alcool supérieur à 0,8g par litre dans le sang et inférieur à 1,8. A la place de la suspension du permis, la préfecture pourra décider d’obliger le conducteur à installer à ses frais un éthylotest antidémarrage. « L’objectif est d’éviter, par la rapidité de la décision, le déclassement causé par la perte du permis, notamment pour aller travailler. L’EAD est un outil reconnu contre la récidive d’alcool au volant. On espère qu’en développant l’usage, son prix baisse et amorcer ainsi un cercle vertueux » explique le délégué à la sécurité routière, Emmanuel Barbe, cité par 20 Minutes.