NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -

Pour soulager Internet, Netflix va baisser la qualité des vidéos

Journaliste pour VA Press. En savoir plus sur cet auteur



23 Mars 2020

Alors que le trafic internet explose, Netflix vient d’annoncer que le débit des vidéos allait être réduit pour participer à l’effort collectif et éviter une surcharge. Une réponse à la demande du commissaire européen pour le marché intérieur.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Netflix va se plier à l’appel du Commissaire européen au marché intérieur. Thierry Breton, ancien ministre français et PDG d’Atos, avait en effet demandé aux professionnels du streaming d’abaisser la qualité des vidéos pour éviter de trop solliciter les infrastructures internet et telecom. 

« A la suite des discussions entre Thierry Breton et (le directeur général) Reed Hastings, et vu les défis extraordinaires posés par le coronavirus, Netflix a décidé de réduire le débit de tous nos streams en Europe pour 30 jours. Nous estimons que cela devrait réduire le trafic de Netflix sur les réseaux européens d’environ 25 %, tout en assurant une bonne qualité de service à nos membres » a annoncé la compagnie américaine. 

En Italie, le trafic internet a augmenté de 70% pendant le confinement. Une progression impressionnante qui concerne très largement les professionnels du streaming, et Netflix en tête. « Dans le monde, le streaming représente environ 60 % du trafic Internet, selon le dernier rapport annuel de Sandvine (pdf). En France, Netflix (23 %), Google/YouTube (17 %), Facebook (5 %), Amazon (3 %), Canal+ (2 %) représentent 50 % du trafic Internet descendant, selon les chiffres publiés par l’Arcep l’été dernier » nous apprend 20 Minutes

L’effort n’est pas non plus extraordinaire dans la mesure où il s’agira d’une haute définition à peine diminuée et non d’un retour aux définitions qui précédaient les qualités optimales actuelles.

Mais avec l’arrivée de Disney Plus après demain et la vigilance de tous les acteurs des infrastructures internet, il aurait été irresponsable de la part de Netflix de ne pas faire un geste. « En Allemagne, le DEC-IX de Francfort, le plus important carrefour mondial d’échanges Internet, a enregistré un pic historique de 9 terabits par seconde le 11 mars, une hausse de 12 % par rapport au précédent record de décembre. En France, Iliad (Free), Orange ou Bouygues ont tous assuré que leur réseau était paré » rappelle le quotidien gratuit. Car même si le risque est minime, un incident sur les réseaux briserait le dernier outil de production de richesse dans cette étrange période.