NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Super héros, Netflix mise sur les méchants crédibles et ça marche





Marvel, la poule aux œufs d’or du cinéma semble avoir trouvé un second souffle avec le format série grâce aux programmes originaux de Netflix. Après Daredevil, Jessica Jones, Luke Cage et bientôt Iron Fist et The Defenders, les programmes cartonnent grâce notamment au soin des créateurs de soigner des méchants crédibles et pas caricaturaux.


Qu’elle semble loin l’époque du bouffon vert bruyant de la première adaptation au cinéma de Spider Man. Netflix a réinventé le genre en prenant une direction intéressante dans l’adaptation des aventures des héros Marvel. A l’opposé de la surenchère d’effets spéciaux et de méchants invincibles pour terrasser des héros invincibles, les méchants des séries Netflix sont plus subtiles. On est loin du méchant qui veut le mal pour le mal, dont on a du mal à comprendre les motivations.
 
C’est ce que note très justement une chronique du site spécialisé Première.fr qui publie un article qui affirme que « Les séries Netflix de Marvel peuvent dire merci à leurs méchants » . « Alors que les films de super-héros ont bien souvent du mal à trouver des vilains suffisamment épais ou solides, pour faire face aux vengeurs masqués dopés aux super-pouvoirs (n'est-ce pas Ultron ?), ceux du petit écran sont, à l'inverse, des atouts majeurs, sur lesquels se concentrent largement les scénaristes. Le patron de Marvel Television, Jeph Loeb, résumait d'ailleurs, lors du Comic Con de San Diego, cet été : "Le méchant de nos séries est l'autre héros de notre histoire". Loeb parlait ici plus spécifiquement de Cottomouth, l'ennemi de Luke Cage. Mais un ennemi dans la droite ligne des Wilson Fisk, Kilgrave et autre Frank Castle » explique l’article, qu’on vous conseille de lire après avoir vu les séries en question.
Ce qui fait la force de tous ces personnages, c'est indéniablement leur capacité à être autant appréciés que détestés par les spectateurs. Bien sûr, Kilgrave est un salaud fini, qui maltraite les femmes, tue des innocents et fait le mal partout où il passe. Mais en même temps, c'est aussi un type déjanté, drôle, désinhibé, qui fait appel aux sombres pulsions qui sommeillent en chacun de nous, et dont on sait qu'elles pourraient parfaitement se réveiller, si l'on avait ses pouvoirs.

L’article repère des points communs chez ces méchants dont on finit toujours pas connaitre le passé, au même titre que les héros, pour savoir d’où ils viennent : « Et puis s'ils sont aussi mauvais, ce n'est pas totalement de leur faute. Ils ne sont pas nés diaboliques. Ils sont simplement nés au mauvais endroit, au mauvais moment. Éduqués ou abandonnés par des parents peu consciencieux, ils n'ont jamais connu l'amour d'un foyer chaleureux. De fait, ils attirent immanquablement la pitié du spectateur. Chaque série Marvel de Netflix prend ainsi le temps de consacrer (au moins) un épisode à la jeunesse de son vilain. On comprend d'où il vient, ses motivations, et on se prend même d'affection pour lui. »

Lire en intégralité l’article sur le site Premièrer.fr