NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -





Un ordinateur infesté des pires virus vendu un million de dollars




24 Mai 2019

Durant une vente aux enchères un ordinateur sur lequel les six virus les plus célèbres et dévastateurs ont été installés a été vendu 1 million de dollars. Une bizarrerie qui est le fruit du cerveau de l’artiste Guo O Dong.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
On vous dit que c’est de l’art. Aussi bizarre que cela puisse être, un acheteur a été prêt à dépenser un million de dollars pour acheter un ordinateur infesté des pires virus. « Habituellement on évite d’attraper un virus sur son ordinateur et c’est là qu’entre en jeu la vigilance et les antivirus, mais l’artiste Guo O Dong a voulu tenter une expérience sociale avec l’entreprise de cyber sécurité Deep Instinct, basée à New York » nous apprend Hitek. L’expérience a dépassé le simple cadre de l’informatique pour se déplacer vers l’irrationnel marché de l’art. C’est finalement ce que l’on retiendra de cette anecdote : l’art contemporain s’est bel et bien affranchi de toute rationalité.

« C’est certainement le pire ordinateur puisqu’il est complètement infesté par des virus et pas n’importe lesquels puisque l’équipe en charge du projet en collaboration avec l’artiste Guo O Dong a expliqué avoir installé les 6 virus les plus célèbres de ces dernières  années : BlackEnergy, DarkTequila, ILOVEYOU, MyDOOM, SoBIG et WannaCry. Le nom de cette « œuvre artistique » est assez particulier : « La Persistance du Chaos ».  Cela n’a pas fait peur à l’acheteur bien au contraire, il était très motivé pour acquérir ce précieux bien puisqu’il a dépensé pas moins de 1 million de dollars durant une vente aux enchères. Une close particulière a été demandée à l’acheteur : ne pas diffuser les logiciels malveillants. De plus, la machine ne peut être connectée à Internet afin de ne pas propager ces virus » poursuit Hitek.

Le site spécialisé rapporte par ailleurs le commentaire de Guo O Dong qui assure que « cela montre qu’Internet et la vie réelle ne sont pas deux espaces différents ». Alors que finalement cela montre surtout qu’il n’a pas tellement eu besoin de travailler pour empocher un million de dollars.