NLTO
/ Magazine d'actualité politique, économique et internationale /



Vers une zone euro à 21 en 2023 ?




13 Juillet 2020

Alors que le Royaume-Uni se prépare à quitter l’Union européenne dans le cadre du Brexit, en se dirigeant, semble-t-il, vers un « no deal », soit un Brexit dur, deux pays de l’Union européenne viennent de renforcer leur position dans l’UE : la Bulgarie et la Croatie. Ils ont franchi la première étape pour rentrer dans la zone euro.


Bulgarie et Croatie entrent dans le MCE II

Pixabay/MichaelM
Pixabay/MichaelM
C’est la première étape pour une entrée en bonne et due forme dans la zone euro, avec tous les avantages qu’elle apporte aux pays membres, notamment du fait qu’il n’y aura plus de change de devises : la Bulgarie et la Croatie ont obtenu, le 10 juillet 2020, l’autorisation de la Banque centrale européenne (BCE) d’entrer dans le MCE II. Cette étape, l’entrée dans le mécanisme de taux de change européen, est la première qui permettra aux deux pays d’adopter la devise européenne comme monnaie nationale.

Autre étape importante, qui découle de cette entrée dans le MCE II : l’acceptation de la supervision des banques locales par la Banque Centrale européenne. La supervision commencera le 1er octobre 2020 et visera à garantir la stabilité financière des deux pays : les banques devront se soumettre à la réglementation européenne, notamment en termes de stabilité.

L’entrée dans la zone euro en 2023 au mieux

L’acceptation de la Bulgarie et de la Croatie dans le MCE II va entraîner une période de surveillance de deux ans environ. Si tous les paramètres sont jugés conformes, alors les deux pays auront environ une année pour préparer le passage à l’euro en termes pratiques. La BCE a fixé à 1,955 Lev bulgare et 7,53 Kuna croate, la valeur d’un euro.

Au final, au mieux, ce ne sera qu’en 2023 que l’euro sera accepté dans deux pays de plus, soit 21 au total contre 19 actuellement. Ce sera alors le premier élargissement de la zone euro depuis 2015, année d’entrée de la Lituanie.