NLTO
Not Like The Others
- Magazine hors norme pour hyperactifs distingués -





Assange perd sa première bataille judiciaire




2 Mai 2019

Le fondateur de Wikileaks – la plus grande fuite de données officielles du monde – Julian Assange a été condamné à 50 semaines de prison pour ne pas avoir respecté les conditions fixées par sa libération conditionnelle en 2012. Un premier revers judiciaire alors que la décision sur les éventuelles extraditions aux Etats-Unis et en Suède sont encore en attente.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Julian Assange, ennemi public numéro un aux Etats-Unis, est jugé en Grande-Bretagne. L’homme par qui le monde en a appris beaucoup sur les fonctionnement des grandes oreilles et de la diplomatie américaines fait face à la justice. Malgré le retentissement international de ses révélations, Assange n’a réuni qu’une poignée de soutiens à la sortie de son jugement.

« Il a levé le poing en arrivant dans la camionnette de la police qui l’avait extrait de la prison de haute sécurité de Belmarsh, à l’est de Londres. Comme une signature, il a encore levé le poing avant de quitter la salle du tribunal de Southwark et de retourner en cellule. Ses soutiens, une petite trentaine de personnes, se sont alors mis à hurler « shame on you » («Honte à vous») à la juge. Julian Assange, 47 ans, a été condamné mercredi à cinquante semaines de détention pour avoir rompu les conditions de sa libération conditionnelle le 19 juin 2012 en se réfugiant à l’ambassade londonienne d’Equateur. Il y a passé les presque sept années suivantes, jusqu’à son arrestation le 11 avril par la police britannique » nous raconte Libération .

Désormais, le volet judiciaire le plus important doit s’ouvrir avec comme enjeu l’extradition de l’activiste. Ce jeudi 2 mai, pour la première fois, la demande d’extradition déposée par les Etats-Unis va être examinée par la justice britannique. Il y assistera donc depuis la prison par transmission vidéo. « En plus de la procédure d’extradition engagée par les Etats-Unis, il n’est pas exclu non plus que la Suède décide de rouvrir la procédure à son encontre. Julian Assange avait été accusé de viol et d’agression sexuelle dans ce pays et s’était d’abord réfugié au Royaume-Uni puis à l’ambassade d’Equateur pour éviter toute extradition vers Stockholm » conclu Libé.